Le LazaretP9 image 2 dessin lazaret couleur

Le lazaret, du vénitien «lazzareto» pour nazareto, nom de l’hôpital Santa Maria de Nazareth à Venise chargé des pestiférés dès les années 1300 (ou du mot lazaro, lépreux, venant de Lazare).

construit au milieu du XVIIe siècle, dans l'angle le plus éloigné et le plus isolé du port, il permettait la mise en quarantaine des hommes et des marchandises...

Le plan des rues de Villefranche mentionne "Chemin du Lazaret" pour désigner la route sans issue qui mène aux habitations du quartier Rochambeau. Parmi ceux qui l’empruntent combien savent qu’à cet endroit s’édifiait un grand édifice destiné à la "purga" (quarantaine) des marchandises et des équipages et au XVIIIème siècle, un chantier de construction des frégates ? Effacé lui aussi, le souvenir des épidémies de peste qui obligeaient à durcir le contrôle sanitaire à ces époques où la médecine se trouvait souvent désemparée face aux ravages de cette maladie.

Selon les archives de Turin, le terrain où doit être construit le Lazaret est choisi en 1668, sous le règne de Charles Emmanuel (1635-1675). En 1669, un premier projet qui s'inspire du lazaret de Marseille, est adressé à l'administration piémontaise de lazaret mais il est abandonné. Durant cette même année, un autre projet est conçu et accepté. L'édifice qui est alors construit est constitué de deux bâtiments rectangulaires alignés, formés de quatre galeries parallèles séparées par des arcades. Vers l'extérieur, de chaque côté, est placé un pavillon. Une enceinte, munie de tours d’angle, est percée de trois portes donnant sur des embarcadères bien séparés d’arrivée et de départ.

Deux cimetières sont aménagés auprès du Lazaret. L’un est destiné à l’inhumation des chrétiens ; l’autre, qui a contenu une mosquée, est réservé aux musulmans. Au début du XIXème siècle, selon les archives du Génie militaire de Rome, on envisage de déplacer les cimetières en vue d’une réhabilitation du Lazaret. Cet ensemble, dénommé "Infirmeries", est toujours considéré utile par les autorités militaires et sanitaires. Il faut dire qu’en 1835 une épidémie de cholera morbus ravage le Piémont et des médecins responsables de la Santé Publique correspondent avec leurs homologues français pour enrayer ce fléau. Malgré l’isolement on compte déjà 90 malades et 53 morts parmi les "âmes villefranchoises".

Dès 1860 l’État français se soucie de la reconversion du lieu. En 1876, les bâtiments du Lazaret perdent leur rôle sanitaire et servent de casernement au 24ème Bataillon des Chasseurs Alpins.

P9 image6 lazaretcasernes

 

 

 

 

 

 

 Sur cette carte postale des années 1925-1930, on distingue encore les casernes

P9 image 3 pierre arabe

Retrouvée au milieu des ruines, après la démolition des casernes du Lazaret en 1960, cette pierre sur laquelle est gravée une sourate du Coran, porte la date de 1724. Elle a longtemps intrigué les historiens. Des recherches dans les archives de Turin permettent de supposer que cette pierre se trouvait à l’origine dans une mosquée construite à l’extrémité du môle, lors des travaux du XVIII ème siècle, mais détruite en 1773 par une forte tempête. On peut penser que la pierre et le contenu de la mosquée furent transportés au Lazaret.

Traduction: Il n'est de Divinité qu'Allah. Muhammad est l'envoyé d'Allah. Ce lieu est celui où se tiennent les Justes. Qu'il prospère au pays des Infidèles par la grâce d'Allah et la grâce de ceux qui (avec l'Islam) sont dans la Vraie Voie.... (traduction André Cane)

 

Anonymes ou célèbres, les morts hantent ce lieu isolé, à l’écart de la cité. La seule tour de garde encore visible est dite Tour Paganini. P9  image 4 tour PaganiniOn raconte qu'elle a abrité la dépouille du célèbre violoniste, surnommé le Diable pour sa virtuosité. Mort à Nice en mai 1840, l'inhumation chrétienne lui est refusée. Le Comte de Cessole, magistrat de la Santé, décide de mettre la dépouille au Lazaret. Mais peu de temps après, il doit, de nuit, embarquer le cercueil et gagner par mer le Cap Ferrat pour un nouveau refuge. D’autres péripéties suivent jusqu’à l’inhumation officielle en 1876.

Enlevement Paganini

Avec son toit de tuiles vernissées, c’est le seul vestige ancien du Lazaret avec les murs de rive et les débarcadères. La grille au dessus de sa porte possédait des restes de croix des Saints Maurice et Lazare, malheureusement détruits lors de la dernière restauration du site.

Plus tard, en 1882, les biologistes Jules Barrois et Hermann Fol installeront dans la petite tour leur premier laboratoire de l’École des Hautes Études pour leurs recherches sur la faune marine présente dans la rade. Ils le transféreront, en 1885, dans la "Maison russe" à l’invitation d’Alexis Korotneff.

 

Les deux conflits mondiaux renforceront l’isolement de ce lieu déjà à l’écart de la cité, par sa position géographique, au pied de la falaise. Zone militaire oblige, peu de Villefranchois y avaient accès. Aujourd’hui les bâtiments d’habitation d'abord réservés aux militaires sont devenus des logements locatifs ouverts aux civils. Le prolongement du sentier du littoral en direction de Nice désenclave le lieu pour le rapprocher de son homologue niçois, le lazaret du port Lympia. Mais rien de spectaculaire aux yeux du touriste en dehors de la tour au toit de faïence vernissé.

P9 image7rochambeau

Cette vue actuelle du site montrent les logements de la cité militaire Rochambeau ainsi que les vestiges de débarcadères de l’ancien Lazaret.

 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Il existe de nombreuses représentations du lazaret. La première, de Caullet, datant de 1669, montre probablement une version abandonnée. lazaret caullet initial couleur reduit

La deuxième, toujours de Caullet, en couleur (image en titre) ou en noir et blanc (ci-dessous), date de 1680, époque où le lazaret est achevé.

lazaret caullet reduitLes inscriptions présentes sur le dessin permettent de dater la construction et de connaître le fonctionnement du lazaret

lazaret caullet leg1

Inscription supérieure gauche : Dessin baillé par Gaspard Caullet ayant eu la direction et application durant la fabrique, depuis l'année 1669 jusqu'à cejourd'hui 16 avril 1680.

Gouverneur pour S.A.R. le dit Caullet.
 
 lazaret caullet ag leg2  

Au dessus de la porte d'entrée des marchandises, il est précisé que le mole, au bout duquel a accosté un navire, mesure 12 trabucs de long et 5 de large (environ 38 m sur 16 m). A droite de cette porte : Le gouverneur à plus de 2 trabucs (6 m) des allées où les marchandises sont en purge donne les ordres à ceux qui sont avec la dite marchandise pour ouvrir les balles et manier comme il faut suivant sa qualité.

De l'autre côté du grillage : Le gouverneur va voir les marchandises qui sont en purge, et ainsi fait son devoir.

 

 

laz-darse-cit archives genes.JPG

archives genes agr Lazaret.JPG

D’après l’état d’avancement des constructions sur la darse, ce plan provenant des archives de Gênes date de la première moitié du 18ème siècle. La légende permet de connaître l’utilisation des 2 bâtiments du lazaret à cette époque :

7 la route

8 le cimetière

9 fontaine

10 pavillon

11 la monizione ( ?)

12 magasin de chanvre cordages

13 l’hôpital

14 les quartiers

15 magasin de bois, cordes

16 la cantine

33 La forge

34 La batterie

     

 

 

plan laz 1784Le plan ci-dessus du lazaret, daté de 1784, est extrait d'un plan plus général projetant la construction d'un grand port devant le lazaret, jamais réalisée. Les repères en noir indiquent les constructions existantes, ceux en rouge, celles projetées.C'est le premier plan prévoyant l'aménagement au sud du lazaret d'un bassin de construction de frégates. D'après ce plan, le bâtiment sud du lazaret était utilisé pour loger la chiourme (les bagnards).

S : Lazaret

Z : chantier où on fait descendre les pierres

T : logement des chiourmes et lieu d'hôpital

V : logements où est la troupe des galères présentement

x : logements des employés au Lazaret et corps de garde

W : terrains serrés par l'enceinte du lazaret

H : batterie du lazaret

& : emplacement servant à diverses commodités au lazaret

          

A : chantier pour la construction des vaisseaux

B : arcades servant de magasins pour la construction des vaisseaux et pour travailler à couvert

C : emplacement pour travailler aux constructions

D : barrière qui ferme le chantier de construction

E : plan du mole qui défend le lazaret

Cet extrait d'une carte dressée en 1796  pendant l'occupation française montre que la construction du bassin des frégates avait commencé.

lazaret 1796


 

 

 

 

Deux plans très similaires datent probablement de la même époque. Le deuxième, provenant des archives du Génie Militaire de Rome, est daté de juillet 1818 et s'intitule " Pianta generale dell antico Lazaretto di Villafranca coi progetti di reparazione e d'innovazione". Le premier est probablement légèrement plus ancien. A gauche des plans figurent en bord de mer le bâtiment prévu en 1784, qui sert de magasin, puis le bassin pour la construction des frégates. Des forçats sont logés dans les anciens bâtiments. Une chapelle a été aménagée dans le bâtiment nord et il est envisagé de déplacer le cimetière des forçats en hauteur derrière les bâtiments.

 

Go to top